Ce cirque de grande taille (de l’ordre de 1500 à 2000 mètres de diamètre) résultae de nombreux et complexes phénomènes volcaniques ainsi que du travail de l’érosion périglaciaire. Point majeur du Cirque, les « Roches des Cuzets » désigne les roches situées en surplomb de la paroi sud du Cirque des Boutières.

Ce lieu est un substrat granitique sur lequel plusieurs types de volcanisme se sont succédés. La première phase de volcanisme a donné lieu à des coulées qui se sont superposées, et dont la nature a évoluée : de basaltiques et fluide au départ, les roches du sommet sont des trachytes, soit une toute autre classe de roches.

Sur le versant Est, des projections rougeâtres sont retrouvées. Un volcanisme de type phréatomagmatique surtséyen (faisant référence à l’île Islandaise de Surtsey) s’est ensuite mis en place, projetant des éléments pyroclastiques, qu’on trouve sous le nom plus commun de « nuée ardente ». Ceux-ci ont été altérés en roches palagonitique, résultant d’une rencontre brutale entre de la lave et de l’eau. Des produits phréatomagmatiques de types maar, contenant des éléments granitiques sont situées dans le secteur sud du cirque. L’ensemble des produits pyroclastiques résulte d’un dynamisme à explosivité variables.

Une phase strombolienne a terminé le cycle volcanique. En revanche, la forme actuelle du Cirque des Boutières est le résultat de l’érosion glaciaire du Quaternaire.

https://www.destination-parc-monts-ardeche.fr/decouvrir/a-pied/le-tour-du-mezenc-avec-le-cirque-des-boutieres/