Dès la première charte, le patrimoine industriel est identifié comme un enjeu de la mesure II.4 Le Parc connaît, gère et préserve ses patrimoines culturels et bâtis. Il est à nouveau mis en avant dans la charte actuelle 2013-2025 à travers la mesure 3.4 Valoriser les patrimoines industriels. Pour comprendre l’intérêt du Parc pour ce patrimoine, rendez-vous sur la page dédiée au patrimoine industriel.

Agir aujourd’hui

Depuis 2008, le Parc participe aux échanges du groupe Patrimoine industriel, qui rassemble des membres de Mémoire d’Ardèche et Temps Présent, de la Société de Sauvegarde des Monuments Anciens de l’Ardèche, du CILAC et des passionnés de cette thématique. Ensemble, ils ont rédigé des publications (Un héritage à gérer, cahier n°127 de MATP ; Sites industriels remarquables de l’Ardèche – disponibles auprès de MATP), organisé un colloque et créé une exposition (Ardèche, terre d’industriedisponible auprès du Parc). Actuellement le Parc porte un projet de film documentaire, toujours en lien avec ses partenaires. La commission travaille également au recensement des sites industriels sur le département.

De 2017 à 2020, le Parc a accueilli une doctorante en thèse de géographie à travers un dispositif CIFRE. Son travail, encore en cours, porte sur la patrimonialisation des héritages industriels. En 2020-2021, la valorisation des données de cette recherche se poursuit avec des actions de sensibilisation des élus (diagnostics, aide à la décision et mémento en cours de constitution), du grand public (cycle d’animation Histoires d’industries et publications) et des scientifiques (présentations en colloque et publication d’articles).

Historique des actions

Les premières actions du Parc pour le patrimoine industriel concernent la sensibilisation du grand public avec la conception d’expositions sur les eaux de sources et les moulins à eau.

Les moulinages sont beaucoup mis en avant, notamment à travers la mise en place des Journées du moulinage où plusieurs sites privés ouvrent exceptionnellement leurs portes et par la publication de l’ouvrage Vallées moulinières par Florence Charpigny et Yves Morel en 2007. Plus indirectement, le Parc aide également des sites comme l’Écomusée du moulinage de Chirols et la Fabrique du Pont d’Aleyrac.

Le Parc participe également à la mise en sécurité et la fermeture d’anciennes mines, notamment en lien avec la protection de la faune. Par ailleurs, il s’illustre dans la valorisation du bijou dans la haute vallée de l’Eyrieux.

En 2011, le travail photographique d’Antoine Picard, Les cheminées d’usine, regard sur le patrimoine industriel des Monts d’Ardèche, donne lieu à une nouvelle exposition (disponible auprès du Parc), ainsi qu’à la publication d’un ouvrage.

En 2014, deux nouveaux regards artistiques se posent sur l’usine de bijou Murat à Saint-Martin-de-Valamas (Ces MAINS de Lani Maestro – œuvre non visible aujourd’hui) et sur le Moulinon à Saint-Sauveur-de-Montagut (Vous me direz, d’Elisabeth Ballet).

Mission suivie par

Flore Vigné

- Chargé de mission

Parc naturel régional des Monts d'Ardèche

07380

Jaujac