Préserver les silhouettes urbaines dans le paysage

Les silhouettes villageoises ponctuent les paysages des Monts d’Ardèche, et participent à leur qualité.
Il est important de définir des limites franches entre espace urbanisé et espace agricole ou naturel, évitant l’étalement des constructions et le mitage, et permettant une meilleure lisibilité des paysages favorable à l’attractivité du territoire.

Ils l’ont fait près de chez vous :
> Etude paysagère préalable aux cartes communales (Saint-Martial)
> Diagnostics paysagers PLU Beaumont et Saint-Mélany
> « Stratégies paysagères » préalable aux PLUi (Communautés de communes Beaume Drobie et Ardèche des Sources et Volcans)
> Sites Patrimoniaux Remarquables (Chassiers, Ajoux, etc.)

Utiliser les ressources locales

Dans une démarche d’urbanisme durable, il est important d’assurer l’intégration des nouvelles constructions dans l’identité paysagère du territoire. L’utilisation des matériaux locaux doit être privilégiée.
Des cahiers de recommandations architecturales sont disponibles sur le site internet du Parc.
Lors des rénovations de bâti, des aménagements judicieux et peu coûteux peuvent être intégrés pour accueillir la biodiversité (nichoirs en intégration du bâti, toitures végétalisées, tour à hirondelles).

Ils l’ont fait près de chez vous :
> Rénovation de sites de terrasses en pierre sèche (« coups de pousse » du Parc)
> Utilisation du bois local dans les bâtiments publics (salle des fêtes de Rocles, rénovation du presbytère de Beaumont)

Sagnes et Goudoulet, pose d’une toiture en lauze

Valoriser le petit patrimoine local

Les Monts d’Ardèche possèdent un petit patrimoine porteur d’identité locale, et de qualité dans les paysages : terrasses/faïsses, murets, béalières, clèdes, calades, sources bâties, … Il est important de préserver ces éléments, et de les restaurer le cas échéant.

Ils l’ont fait près de chez vous :
> Inventaire du patrimoine bâti (Gourdon, St Michel de Boulogne, St Etienne de Boulogne, Ajoux)
> Identification d’éléments patrimoniaux protégés dans le PLUi

Moudeyres

Intégrer les nouvelles formes d’habitat

Les formes d’habitat évoluent en lien avec les enjeux sociétaux. L’accueil de formes d’habitat innovantes avec des esthétiques différentes peut être intéressant en conciliant respect des paysages et création architecturale, sources d’attractivité du territoire. Il est possible d’envisager également sous certaines conditions l’implantation d’habitat léger, peu impactant pour l’environnement, de manière intégrée. Enfin, l’habitat partagé peut être expérimenté par les communes, en facilitant l’émergence de projets d’habitants.

Ils l’ont fait près de chez vous :
> Délimitation d’un dispositif pour l’habitat léger à l’étude dans le PLUI de la Communauté de communes Beaume Drobie
> Création du hameau du Blat à Beaumont

Hameau des bogues du Blat,Beaumont

Mettre en valeur les points de vue et les portes d’entrées du territoire

Les portes d’entrée et les cols sont la première image donnée du territoire lorsqu’on y entre. Des aménagements peuvent y être envisagés, permettant de mettre en valeur les paysages. Les routes qui sillonnent les reliefs des Monts d’Ardèche sont particulièrement favorables à l’observation des paysages. Il est intéressant de les valoriser en y aménageant des points de vue par exemple, permettant d’admirer le territoire de manière sécurisée, ou en préservant les ouvrages en pierres sèches existants.
Les entrées de villes et villages sont également à traiter, notamment dans le cas de développements urbains dont la qualité paysagère est négligée (zones d’activités ou commerciales…). L’aspect des constructions, les espaces extérieurs et la signalétique sont à soigner.

Ils l’ont fait près de chez vous :
> Etude de valorisation du col de la Chavade (Astet) et du col de Meyrand (Loubaresse)