Lesespaces de nature du territoire (forêts, cours d’eau et leurs berges, prairies,zones humides,…) forment un réseau qui peut être représenté sous forme d’uneTrame Verte et Bleue, la « TVB ». Les espaces les plus riches enbiodiversité sont appelés les réservoirs de biodiversité. Ils sont reliés entreeux par les corridors écologiques qui permettent le déplacement des espèces.

Acela s’ajoute la trame Noire, formée par les corridors caractérisés par unecertaine obscurité et permettant le déplacement des espèces nocturnes.

A travers des projets d’urbanisme de qualité, il est indispensable de préserver et de conforter les espaces constitutifs de ces trames garantes du maintien de la biodiversité des Monts d’Ardèche, de la qualité du cadre de vie du territoire et d’un équilibre en lien avec l’espèce humaine (production alimentaire, production de ressources, régulation du réchauffement climatique, limitation de l’érosion, etc).

Hors des zones urbanisées

La trame de nature des Monts d’Ardèche, patrimoine naturel exceptionnel et ressource de développement pour les Monts d’Ardèche doit être préservée de toute urbanisation, en particulier dans les espaces définis comme réservoirs de biodiversité et corridors écologiques, identifiés au plan de Parc.

Trame Verte et Bleue : espaces de nature, réservoirs de biodiversité et corridors écologiques

Dans les bourgs et villages

Lesespaces de nature au sein des espaces urbanisés assurent la continuité de la TrameVerte et Bleue du territoire. Ils peuvent prendre différentes formes : plantationsen pieds de murs, petits jardins dans les délaissés, espaces verts, haies d’essencesvariées le long des voies, … Ces espaces offrent un cadre de vie de qualité,participent à la production alimentaire de proximité et contribuent ainsi à larésilience du territoire. Une vigilance particulière doit être portée sur l’impactdes clôtures qui peuvent fragmenter les espaces naturels.

Les enjeux de la Trame Noire doivent également être pris en compte. Les sources de lumière artificielle peuvent être attractifs ou répulsifs pour certaines espèces, impactant ainsi fortement la biodiversité nocturne. Un linéaire de lampadaires peut par exemple créer une réelle barrière, entravant la libre circulation des espèces ou constituer des points d’attraction pour certains insectes, causant une mortalité importante pour ces espèces.

Préserver la ressource en eau et gérer les risques par des aménagements innovants

Dansun contexte de changement climatique, une gestion adéquate de l’eau doit êtrepensée pour toute opération d’urbanisme :

  • Limiterl’imperméabilisation des sols (via l’utilisation de revêtement perméable) et anticiperla gestion des épisodes pluvieux intenses (aménagements de zone de récupérationdes eaux pluviales),
  • Assurerune disponibilité de la ressource en eau (quantitativement et qualitativement)et en avoir une gestion exemplaire : récupération des eaux de pluie(citernes, maintien des « béalières », etc.), règlementation despiscines chez les particuliers, etc. ;
  • Maintenirles mares et zones humides.

Les risques présents sur le territoire, qu’ils soient naturels (incendie, inondation, mouvement de terrain) ou technologiques, et parfois liés aux activités humaines, doivent être pris en compte dans l’urbanisme. Ils peuvent être à l’origine d’aménagements innovants contribuant à la protection des populations.

Ils l’ont fait près de chez vous :
> Diagnostic Trame Verte et Bleue préalable au PLUi, Communautés de communes Beaume Drobie et Ardèche des Sources et Volcans

En tant qu’élu.e du parc :