Les châtaigneraies traditionnelles ardéchoises, une lecture par l’écologie des paysages

Le châtaignier est l’arbre emblématique des pentes des Monts d’ Ardèche. Le paysage actuel des châtaigneraies est le résultat de processus écologiques qui se sont déroulés sur de longues périodes, alternant phases d’expansions et de contractions des peuplements liées au climat, mais également de processus sociologiques plus récents.

Gravure représentant le château et le bourg castral de Privas au début du XVIIe siècle (Cliché Bibliothèque nationale de France, Département des Cartes et Plans

La présence de pollens dechâtaigniers a été confirmée en Sud-Ardèche vers 1800 av. J.C., à l’âge dubronze. D’autres analyses signalent que le châtaignier ne serait pas indigèneet que la châtaigneraie aurait remplacé artificiellement la chênaie pubescentedans les Cévennes, et la mise en culture du châtaignier pourrait dater de lafin du 16ème siècle. Ce sont les moines bénédictins qui auraient développé cetteculture à partir de pépinières, les plantiers. J.R. Pitte (1979) signale que larelative souplesse de l’arbre en idéal a permis à l’homme de développerl’espèce hors de son aire strictement climacique, notamment dans l’aire du hêtre,en exposition sud, et dans celle du laurier en exposition nord. Le passage del’arbre à bois vers l’arbre à fruit s’est fait progressivement grâce augreffage, par la sélection progressive des variétés par les castanéiculteurs, commeen témoigne Olivier de Serres en 1600. Depuis l’âge d’or du châtaignier, autourde la moitié du 19e siècle, l’exode rural et la déprise agricole, l’exploitationdes tanins, l’apparition de maladies et ravageurs, ont conduit à un abandonmassif des vergers, visible aujourd’hui dans la paysage.

Tous ces éléments ont été abordéslors d’une balade commentée par Fabrice Figueres et Guy Lemperiere, dans lespaysages de terrasses autour d’Antraigues, par une météo très clémente qui aréuni une soixantaine de personnes. Les licences professionnelles du Pradelencadrées par N.Robinet et G.Lemperiere poursuivront cette étude sur leterritoire d’Antraïgues en mai 2020.