Cette thématique est l’une des 4 entrées proposées pour construire un projet pédagogique dans le cadre des Coups de pousse.

En plus d’encourager une agriculture encadrée sur son territoire (diversifiée, de saison, respectueuse de l’environnement, de la qualité de l’eau…), le Parc et ses partenaires travaillent actuellement à mieux connaitre les besoins en alimentation dans les Monts d’Ardèche pour les années à venir.

Les activités humaines comme l’élevage extensif, la polyculture, l’arboriculture ou l’apiculture permettent non seulement de se nourrir avec des produits de grande qualité mais aussi de diversifier paysages et biodiversité.

La commémoration en 2019 d’Olivier de Serres (1539-1619), agronome ardéchois considéré comme le père de l’agriculture française, a de plus remis en lumière le caractère contemporain de sa pensée : l’agro-environnement, le jardinage (sans pesticide, raisonné, bio…) et l’adaptation aux changements climatiques.

L’objectif de cette thématiques est donc une sensibilisation au concept de « la fourche à la fourchette » grâce à la découverte de plusieurs aspects de l’agriculture locale (visites de fermes, de vergers, d’exploitations, de producteurs,…) et des rencontres.

Les châtaigneraies

Avec 5 000 tonnes de châtaignes par an, l’Ardèche est à l’origine de la moitié de la production française. A cette première place est associée une grande diversité puisque pas moins de 65 variétés sont cultuvées dans le département. D’ailleurs, la châtaigne d’Ardèche a obtenu une appellation d’origine contrôlée. Cette forêt humaine est installée sur les terrains riches en silice et surtout pauvres en calcium. Elle s’étage de 300 à 800 mètres d’altitude. Mais plus qu’un verger, la châtaigneraie peut être considérée comme un véritable écosystème qui illustre parfaitement une forme d’harmonie entre l’homme et la nature.

Comballe, merle, bouche rouge,… ces noms fleuris désignent les nombreuses variétés de châtaigne cultivées. Chaque variété est parfaitement adaptée au microclimat local, à la nature des sols, à l’exposition.

Le pastoralisme

Les Monts d’Ardèche se caractérisent par une agriculture de montagne assez éloignée du modèle dominant : des petits troupeaux, une mécanisation limitée, une utilisation de la chimie restreinte, des rendements de production modestes, des exploitations souvent associées à des activités complémentaires. Alors que le troupeau moyen en France compte 440 brebis, la majorité des fermes des Monts d’Ardèche en compte en moyenne une centaine. Les éleveurs sont des artisans du développement économique local, de la préservation des paysages et du maintien de la biodiversité. En été, les moutons partent en estive sur le plateau ardéchois, certains en estive collective (Massif du Tanargue).

en + : un atelier pédagogique proposé sur cette thématique à la Maison du Parc / une exposition pédagogique à emprunter

Mission suivie par

Arnaud Bérat

- Chargé de mission


Tél. : 04.75.36.38.72

- Portable : 06.19.21.66.62