Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Actualités biodiversité

Retour à la liste


« Fabrication de cabanes et de tunnels en osier vivant » par Philippe Gordien. Retour en images sur la journée à la Maison du Parc.

Publié le 02 mars 2016

Retour en images sur la 8ème journée  « Artistes en herbe : tous au jardin ! » sur le thème  « Fabrication de cabanes et de tunnels en osier vivant » par Philippe Gordien, vannier mettant en œuvre des techniques traditionnelles pour la création de pièces en osier de formes contemporaines.


Après une trop longue période de pluie, le soleil fait de nouveau son apparition entre les nuages et réchauffe un peu l’atmosphère malgré le vent du nord se levant. Renaissance du beau temps en ce dimanche de février fêtée par la présence de seize adultes et de vingt-quatre enfants pour ce nouveau rendez-vous « Accueillons la nature au jardin ! ». Dans les yeux de chacun, il est possible de deviner les efforts consentis pour imaginer ce que seront à la fin de la journée les cabanes et les tunnels en osier vivant…

Philippe Gordien, vannier mettant en œuvre des techniques traditionnelles pour la création de pièces en osier de formes contemporaines, a déposé outils et bottes d’osier au pied du cèdre, près de la mare. C’est l’emplacement idéal choisi pour le futur chantier, mais au préalable, les participants sont accueillis dans une grande salle du château de Rochemure, siège du Parc des Monts d’Ardèche. À peine le temps d’une petite présentation de la journée et de celles à venir par Nicolas Dupieux, et Philippe s’empare de la parole. Face au tableau blanc, il explique brièvement ce qu’il attend de ses ouvriers vanniers en devenir. Il dessine un plan sommaire, livre quelques conseils et astuces, et rapidement invite chacun à chausser les bottes, prendre en main pelles et pioches pour gagner le chantier.

De la vannerie en osier... vivant

Si lors de sa précédente intervention à l’automne dernier, l’osier mis en œuvre était un matériau devenu inerte, le végétal travaillé en ce dimanche est bel et bien vivant. Planté dans le sol meuble et tout à la fois tressé, il poursuivra sa croissance, nécessitant un entretien régulier pour que les cabanes et les tunnels conservent forme et utilité. « Le saule d’où on tire l’osier est une plante qui refait très vite des racines, assure notre vannier. La seule condition est la présence de l’eau. Je ne dirais pas qu’il s’agit d’une plante semi aquatique mais presque. »

Pour les réalisations de ce dimanche, Philippe est allé les brins d’osier tout spécialement au sein d’une oseraie de la région grenobloise. « On coupe l’osier quand ses feuilles tombent, dès le mois de novembre, ensuite on dispose les brins les pieds dans l’eau en végétation artificielle, explique Philippe. Ils trempent ainsi dans quinze centimètres d’eau jusqu’à la fin de l’hiver où on le plante afin que la sève circule à nouveau et qu’apparaissent les nouvelles racines. » C’est ainsi qu’est préparé l’osier vivant destinés à la création de cabanes et autres palissades vivantes. Et celui-ci est tout à fait adapté à l’ouvrage de ce jour, ni trop souple comme le serait l’osier d’un saule pleureur, ni trop raide. Et si certaines cabanes possèdent une armature en un autre bois, aujourd’hui tout sera fait en osier… À noter qu’il est facile de créer sa propre oseraie chez soi si on dispose d’un terrain suffisamment humide. Pour ce faire, on plante un brin d’osier dans le sol pour donner naissance à un premier rejet la première année. 0n le coupe au ras du sol pour voir grandir cinq ou six rejets la deuxième année que l’on recoupe, et ainsi de suite… Avec cet osier, il est ensuite possible de réaliser une cabane dans son jardin. Il suffit juste d’un peu de patience !

Préparation du sol

Sur le terrain meuble et humide, dernière caractéristique indispensable à la bonne santé et la croissance de l’osier, le travail est réparti en quatre chantiers : deux pour les deux cabanes et deux pour les deux tunnels. Si les sangliers se sont chargés d’assouplir le terrain, à l’aide de pioches et de pelles, petits et grands se donnent du mal pour briser les mottes de terre et égaliser la surface avant qu’à l’aide d’un cordeau soient tracées les limites des cabanes reliés entre elles par des tunnels. Quelques brins d’osier en matérialisent l’emplacement. Des petites fenêtres rondes perceront le dôme des cabanes pour que la lumière puisse y pénétrer quand la végétation sera présente et dense…

Premières "plantations"

Les enfants enfoncent chaque brin d’osier d’une vingtaine de centimètres dans le sol préparé en vue de leur tressage futur. Quand tous les brins sont plantés, ils s’hérissent droit dans le ciel entre le cèdre et la mare. « Pour que la cabane soit haute d’environ un mètre soixante-dix, il est nécessaire que les brins d’osier mesurent au moins deux mètres quarante de longueur, sourit Philippe. » Les premiers brins courbés et unis entre eux par des nœuds d’osier très fin matérialisent les différentes portes d’accès. Ensuite les brins plantés par paire sont attachés pour garantir une bonne solidarité avant tressage. Ces ligatures en osier fin disparaîtront avec le temps et souvent les brins d’osier se souderont entre eux, comme une anastomose.

Tout est prêt pour commencer le tressage, mais il est l’heure de déjeuner !

Tressage des brins

Après ce temps de pause au chaud, après le café et le thé pris dans la cour intérieure du château au soleil à l’abri du vent, le retour sur le chantier se fait dans la joie. Philippe explique par l’exemple comment tresser et attacher en fonction du résultat souhaité. Tresser sans stresser est aussi le but de cette journée et dans la bonne humeur, les cabanes et les tunnels solidement ancrés dans la terre se dessinent à l’air libre. Les formes s’arrondissent, les osiers se courbent docilement et les lignes élégantes se croisent et s’entrecroisent. Les squelettes vivants se figent. Les hublots s’ouvrent comme des yeux sur la nature environnante.

Et la cabane est prête... à vivre !

Finalement, les jeunes et les moins jeunes vanniers en herbe sont efficaces, sous l’œil et la main du maître. L’ouvrage avance plus vite que prévu et déjà les derniers brins d’osier prennent place dans l’arrondi de la structure. Désormais le temps va faire son œuvre et la vie prendra le relais de la main des enfants et de leurs parents. La sève va à nouveau couler dans le bois souple, les bourgeons exploser et les feuilles s’épanouir. « L’osier va produire régulièrement du bois et il sera nécessaire de le tailler pour que les formes initiales soient conservées, conclut Philippe. La végétation va prendre du volume, ce sera beau. » Ainsi ira la vie des cabanes en osier vivant, entre cèdre et mare.

Un petit détour par la cour du château pour les traditionnels jus de fruit et brioches et voilà cet avant-dernier dimanche de cette année de ce programme « Artistes en herbe, tous au jardin » qui s’achève. Vivement le mois de mars.

Le prochain rendez-vous est fixé au dimanche 13 mars. Au programme : de fil en fil au jardin, tisser des liens : créations symboliques et jeu corporel collectif par Yzo, sculptrice et ferronnière. Ces animations destinées aux familles avec des enfants à partir de six ans sont gratuites, mais l’inscription préalable est obligatoire au 04 75 36 38 60 car le nombre de places est limité.

Texte et clichés : Encres en ScènE

Pour en savoir plus :

Planning des rencontres "Artistes en herbe, tous au jardin !"

Lancement de la saison 4 de l'opération "Accueillons la nature au jardin !"

 

Pour aller plus loin

Mission suivie par

Elu référent : Raoul L'Herminier

Chargé de mission : Nicolas Dupieux

NDPatrimoine naturel et environnement

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche 
Domaine de Rochemure 
07380 JAUJAC 
Tél. : 04.75.36.38.60.
Portable : 06.19.21.68.34.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NOS ACTIONS

Rechercher une actualité

 
 

Le Parc à la loupe


Découvrez les artisans, les producteurs, les sorties rando, les événements, les rendez-vous terroir, les maisons et musées... des Monts d'Ardèche.

Accédez à la carte interactive

carte-interactive