Parc Naturel Régional des Monts d'Ardèche

Actualités biodiversité

Retour à la liste


« Artistes en herbe, à vos pinceaux ! ». Retour en images sur l'animation du 29 mai 2016 à Chirols.

Publié le 08 juin 2016

Retour en images sur la 2ème journée de la saison « Mon jardin, je l'aime au naturel » sur le thème « ARTISTES EN HERBE, À VOS PINCEAUX : S’AMUSER ET CRÉER AVEC LES PEINTURES VÉGÉTALES ». Dimanche 29 mai 2016 à Chirols.


Dominant la vallée de la Fonteaulière, le petit village perché de Chirols accueille la seconde animation décentralisée de la saison « Mon jardin, je l’aime au naturel » en ce dimanche pluvieux et annoncé orageux. Une journée dans les murs de l’ancienne école du village et du local de l’association Simples et Sauvages à la découverte du papier et de la peinture, le tout à base de végétaux fraîchement récoltés. Huit enfants et sept adultes ont répondu présent et se réjouissent d’être là.

Autour d’un café et d’un thé, Aurore et Cécile, de l’association Simples et Sauvages, initient un tour de table pour que chacun se présente et que le groupe se lie dans la bonne humeur. Simples et Sauvages est une association productrice de plantes médicinales et aromatiques œuvrant à la transmission du savoir et à l’éducation à l’environnement et agriculture sociale et thérapeutique.

Ensuite Mathieu, du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, remplaçant Nicolas, se félicite de cette première collaboration avec Simples et Sauvages… Juste quelques mots et il est temps de passer aux actions concrètes. Deux groupes sont formés ; un qui va commencer par fabriquer des feuilles de papier végétal et l’autre des pinceaux naturels et de la peinture végétale. Chaque groupe devant tourner deux fois dans la journée.

 

  • Fabrication de papier végétal

 

« Pour faire du papier avec des végétaux, il faut récolter des plantes riches en fibres et en cellulose, explique Cécile. On peut utiliser de l’ortie, des graminées, des feuilles de châtaignier et de bambou, de la fougère, de la rhubarbe, de la consoude, des jeunes pousses de genêt… Il est amusant d’essayer différentes plantes et d’observer les résultats obtenus sur la couleur et la structure du papier. Ce sont les fibres des plantes qui en assurent la cohésion des feuilles. » Bien sûr il est très difficile d’écrire sur un tel papier, mais il peut servir à jouer sur les transparences à l’aide de photophores par exemple ou coller sur une vitre. Et puis c’est l’imagination de chacun qui doit travailler pour trouver de nouvelles pistes à suivre…

 

Les végétaux sont coupés en petits morceaux et jetés dans une grande casserole. Cinq litres d’eau les recouvrent et dès que l’eau est frémissante, Cécile ajoute de la lessive de soude liquide ou en cristaux (type lessive Saint-Marc par exemple) dans une proportion de un pour dix. « La soude mange tout ce qui n’est pas fibre et cellulose lors de la cuisson, précise l’animatrice. Cette dernière doit durer deux heures dans l’eau bouillante avant que les plantes soient mixées. » Plus les végétaux sont mixés finement, plus le papier est fin lui aussi. La pâte est ensuite grandement rincée à l’eau claire et égouttée. « On peut éventuellement incorporer un tout petit peu d’eau de javel pour blanchir le papier, avoue Cécile. Nous ne le ferons pas aujourd’hui. »

 

Dans une bassine la pâte est à nouveau mélangée à de l’eau et plus le liquide est abondant, plus le papier est fin. Les manches relevées, les enfants comme les adultes plongent le cadre en deux parties dans l’eau. Ils le remontent délicatement à la surface, le tamis chargé d’une fine couche de pâte liquide. Il faut prendre soin de le garder bien à plat pour que l’épaisseur de matière de la future feuille soit partout égale. Les cadres sont ensuite posés sur un muret de pierre, le temps d’un nouvel égouttage. L’atmosphère est humide, rien n’est vraiment simple… Quelques dizaines de minutes plus tard, chaque feuille est couchée sur un tissu légèrement humidifié à l’aide d’une éponge. Un autre tissu est posé par-dessus puis une autre feuille et ainsi de suite. Un poids coiffe l’ensemble pour maintenir les feuilles à plat. « Tout à la fin, avant de recouvrir les feuilles humides d’un tissu, on peut y inclure par-dessus des éléments de décoration comme les fleurs de souci, de genêt, des plumes fines, des herbes, des feuilles… »

 

  • Fabrication de pinceaux et de peintures végétales
 

Pendant ce temps, Aurore guide son groupe sur une calade à la cueillette de plantes sauvages qui vont servir à la confection de pinceaux originaux. Dans du bois creux, comme le sureau, le bambou ou même la ronce, sont enfilés des épis de graminées, des fleurs délicates ou un bouquet de feuilles. D’autres participants préfèrent écraser plus ou moins grossièrement des tiges de bois plein pour définir l’extrémité de ces pinceaux naturels. Bien sûr il convient de supprimer l’écorce au préalable. « Regardez, s’exclame Aurore. Avec une tige de chélidoine on dispose d’un pinceau et de la peinture qui en sort avec le latex que la tige contient. On peut aussi utiliser la pointe d’un bourgeon pour tracer des traits fins. »

 

Revenus autour de la table, tous font apparaître sur la feuille blanche placée devant eux des couleurs à l’aide de plantes fraîches froissées. Les feuilles, les pétales frottées plus ou moins fort offrent des couleurs d’une intensité variable au papier ; le frêne un beau vert pâle, l’ortie un vert plus franc, la chélidoine un jaune, la fleur de vesce un gris et la feuille un vert, la cerise un rose délicat… Une palette de couleurs délicates qu’un peintre ne renierait pas !

 

Mais il est difficile de peindre avec des plantes fraîches, alors Aurore explique comment fabriquer des peintures liquides ou pâteuses à partir de ces végétaux. « On va écraser, mixer, extraire le jus des plantes, on va en faire chauffer certaines, puis on va leur ajouter des ingrédients comme du vinaigre blanc, du jus de citron, des sels d’alun, du bicarbonate de soude et des liants comme le jeune d’œuf ou de l’amidon pour choisir la texture des peintures et modifier leurs couleurs, se régale par avance Aurore. Quand on ajoute un liant, la peinture se conserve une quinzaine de jours au frais, sinon le jus naturel des plantes se met à fermenter, à moins de la pasteuriser. »

 

Grâce à un ensemble de pots de peinture déjà prêt, elle montre tout ce qu’il est possible d’obtenir. Du rouge profond avec du jus de cerise et de l’alun, du rouge intense avec du jus de cerise et du vinaigre, du rose clair avec des pétales de rose, du citron et de l’amidon, du jaune avec du pissenlit, du bicarbonate et de l’alun, du violet intense avec du coquelicot, de l’alun et de l’amidon, du violet moyen avec du chou rouge et du vinaigre, du bleu plus ou moins prononcé en fonction du dosage de chou et de bicarbonate, du vert pâle avec de la fougère et du jaune d’œuf, du vert foncé avec de la fougère et de l’amidon… « Attention, trop d’amidon éclaircit la peinture, prévient Aurore. » Bien sûr ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d’autres. Pour la peinture également, comme pour les feuilles, il convient de mener ses propres essais pour trouver les bons ingrédients et les dosages convenables. La nature est généreuse et les nuances de couleurs infinies. Et petite astuce, en ajoutant de la fécule à la peinture, on peut réaliser du maquillage pour les enfants !

 

La journée a passé trop vite. Déjà arrive l’heure du goûter, made in Chirols, pour la plus grande joie des enfants et des grands. Brioche aux pépites de chocolat cuites dans le four à bois du fournil des Co’pains et un délicieux gâteau maison…

 

Le prochain rendez-vous est fixé au dimanche 19 juin à Sainte-Eulalie pour l’animation « Un jardin pour nos amis les oiseaux. ». Elle sera conduite par la Ligue pour la Protection des Oiseaux (LPO) en partenariat avec l’association LIGER dans les jardins de la ferme de Clastres. Si les animations sont gratuites, il est indispensable de réserver au 04 75 36 38 60 car le nombre de places est limité. L’accueil des participants débute à 9h30 pour le début de l’animation à 10h00 jusqu’à 16h30. Pour le midi, prévoir un repas partagé ou un pique-nique. Les animations « Grand Public » sont destinées aux jardiniers en herbe, « Jeune Public » aux enfants à partir de six ans accompagnés au moins d’un adulte. Le dimanche 29 mai sera une animation « Jeune Public ».

www.jardins.pnrma.fr

 

Tout le programme de la saison ici !

 

Texte et clichés : Bruno Auboiron (EncreS en ScènE)

Pour aller plus loin

Mission suivie par

Elu référent : Raoul L'Herminier

Chargé de mission : Nicolas Dupieux

NDPatrimoine naturel et environnement

Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche 
Domaine de Rochemure 
07380 JAUJAC 
Tél. : 04.75.36.38.60.
Portable : 06.19.21.68.34.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

NOS ACTIONS

Rechercher une actualité

 
 

Le Parc à la loupe


Découvrez les artisans, les producteurs, les sorties rando, les événements, les rendez-vous terroir, les maisons et musées... des Monts d'Ardèche.

Accédez à la carte interactive

carte-interactive